35 petites plaies 8

Hey, tu t’souviens d’moi ?

Il y a de ça un estifi d’boutte, je t’ai imposé proposé une liste de 78 petites victoires. Comme j’aime faire tout et son contraire, j’ai pensé à écrire une liste de choses qui sont donc l’inverse d’une petite victoire.

Alors là, je me suis mis à penser à ce que pouvait être l’opposé de « petite victoire ». Instinctivement et naturellement, ce serait de dire « petite défaite ». Sauf que moi, j’trouvais ça trop facile pis tout-cute. C’pas un exposé oral de 2e année calisse.

Après deux cafés, un Redbull (le gros format tsé, j’suis une bête), quelques bières et un SEVEN-UP-GRENADINE-OUI-MADAME-LE-MONDE-M’APPARTIENT … me v’la que je me lance dans une liste de 35 petites plaies.

Apprécie.

++++++

1. Lorsque tes fils d’écouteurs pratiquent l’échangisme entre eux et finissent en un frustrant amas de nœuds. J’veux écouter de la musique pas faire du tricotage, sainte-bénite.

2. Ouvrir la porte de ta voiture enneigée et voir la neige s’installer confortablement sur ton siège conducteur.

3. Brancher sa clé USB du mauvais côté. OSTI ! J’AVAIS UNE CHANCE SUR DEUX.

4. Le moment où tu te rends compte que tu dois finir ta bouchée rapidement en mastiquant ultra intensément, parce qu’un éternuement est imminent et tu ne veux pas beurrer les murs.

5. Retenir subtilement un bâillement parce que tu as établit que ton interlocuteur est dans la catégorie : « trop cool pour que j’te rouvre bin grand ma yeule dans face quand tu me parles».

6. Être bien confortablement collé au lit avec ta douce/ton doux, sentir le ballonnement d’une imminente flatulence qui grandit en toi et peiner à la retenir pour pas envahir la chambre d’une odeur de dompe (Parce que non, Moes n’est pas de ces gens qui blâme la longévité d’un couple pour se lancer dans une surenchère de symphonie gastrique même pas retenue en présence de la même personne avec qui il fait l’amour. Sacrament.).

7. Se ronger les ongles, bien saisir le morceau en question de ses dents, tirer vivement … pour sentir progressivement l’ongle devenir la peau sous ongle. AAA-WWEE.

8. Couper de la nourriture avec un couteau de plastique cheap. Hey, j’tuerais son inventeur de 593 744 longs et pas convaincants coups de son couteau de plastique.

9. S’endormir dans une position étrange et ainsi se réveiller avec un membre complètement engourdi et attendre le retour du sang.

10. S’échapper son téléphone/tablette dans face parce qu’on s’est endormi.

11. Consulter ses notifications Facebook et découvrir que c’est une invitation de jeu. Esti d’agace.

12. Être contraint d’étendre du beurre trop dur sur un beau pain moelleux. Finir avec des trous dans le pain et des motons de beurre un peu partout. Au pire, garde-la ta roche de beurre sti.

13. Une page web qui télécharge juste pas et sa p’tite maudite animation de roulette qui spin éternellement.

14. Un « spooning boner», c’est-à-dire une érection déplacée lorsque tu veux simplement te coller et être cute. Surtout si c’est du spoon dans un mood triste, après une chicane pas réglée ou autres.

15. Le moment dans la douche où tu te rends compte que t’as oublié d’approcher ta serviette. T’as beau avoir fini de te laver, ça te prends un 2-3 minutes de courage sous l’eau chaude avant d’affronter le froid pour aller chercher ta serviette.

16. Manquer d’électricité et te rendre compte que ta vie est biiiiiiin trop axée sur ça. « HEY JEUDI SOIR, ON AVAIT PAS DE COURANT POUR 1 HEURE ET DEMIE! J’VAIS ACTIONNER HYDRO-QUÉBEC. C’PAS HUMAIN DE NOUS TRAITER COMME ÇA. »

17. Manquer ta swing de casserole en faisant sauter tes légumes pis en échapper sur le plancher. Ah bin bravo l’ami.

18. Des publi-sacs complètement trempes. Dude. C’est le déluge dehors. Swing moi ça sur mon balcon au moins. La bonne nouvelle c’est que de même, tout deviens en liquidation. OOOOOOHHHHHHH ! Non ? Fuck. Ok, next.

19. L’entre-deux voies d’autoroute pas déneigée qui devient un barrage de neige/slush/glace. Coincé derrière Matante Thérèse dans la voie de droite qui roule à la vitesse fulgurante du vieux pédalo de ton oncle qui prend l’eau depuis juin 1989, tu dois t’efforcer de traverser ce barrage incertain (le bruit officiel : « RRRRIIIIIISSSSSSSSHHHHHHHHHH ») avec l’assurance aussi forte que Manny Malhotra en tir de barrage.

20. Gérer des bananes : pas mûre, pas mûre, pas mûre, pas mûre mais ça s’en vient, noire comme dans le cul d’un ours.

21. Quand ton cerveau lâche pis tu mêles tes syllabes : « Bon bin salut … c’tait Fin l’Bun !».

22. Tes parents qui vont sur les Internets pis qui DOUBLE-CLIQUENT SUR TOUTE. ARRÊÊÊÊÊÊÊTE C’T’UN LIEN !

23. Un rot qui ressort un brin trop liquide. Ouin, j’sais c’est dégueulasse … mais c’est surtout déplaisant.

24. Vomir quand y’a plus rien qui sort. Est-ce qu’il y a quelque chose de plus misérable, douloureux et épuisant que ça dans vie ? Non.

25. Déneiger son entrée pendant une heure et SURPRISE, la charrue retabernacle toute dans ta cour. MERCI LA VIE.

26. Être le seul pogo qui ne connait pas un classique musical pendant que tout le monde chante à pleins poumons. Gorgée de bière.

27. Apercevoir un excellent parking et te rendre compte qu’en fait c’est un scooter qui le prend.

28. Le sentiment de marde qui m’habite quand je n’achète pas un chocolat/calendrier/cossin pour un enfant qui cogne à ma porte pour son club de hockey/scout/école. Écoute mon gars, de un, vous êtes 30 à passer par semaine et de deux, ça arrive VRAIMENT que je n’aille pas de change. Sorry. Ne brûle pas ma piaule stp. Sale voyou.

29. Un pet-sauce.

30. Les packages de plastique MEGA-ULTRA-FREAKING-TURBO-scellé là. Tsé que tu casses pratiquement tes ciseaux à vouloir ouvrir l’emballage et qu’une fois coupé, les rebords coupent plus que du diamant. Ça va ? C’t’une brosse à dent, pas de l’uranium, joualvert !

31. Tous ceux qui disent : « s’a coche».

32. Les clickbait. Si tu ignores ce que c’est : C’est une technique de marde qu’utilisent les sites web pour t’attirer à cliquer sur leur lien. Spécifiquement, on joue sur les mots, les déformations et le sensationnalisme en te démontrant une demi-vérité pour te fourrer. Genre ? Genre un tweet de TVA Sports qui dirait : « Price se blesse pendant une partie ! Devra être à l’écart pour 2-3 mois. Plus de détails ici : lien.». Tu cliques parce que tu veux savoir comment le gardien du CH s’est blessé … et tu t’aperçois que l’on parle de Sergio Gonzalez Price, un joueur de rugby qui joue en Angleterre. FUCK. TOÉ.

33. Une autre technique semblable que tu vois tous les jours sur Facebook : les titres qui teasent ou qui exagèrent une nouvelle insignifiante. Tsé du genre : « Un homme découvre une porte secrète dans sa cave : Ce qu’il trouva vous bouleversera !». Tu lis l’article et le dude a trouvé de vieux livres datant … de 15 ans passées ! WÔ ! Hey arrête moi ça ! J’vais prendre off pour le reste de la semaine, voyons donc j’en SHAKE !

34. Le genre de pub où tu peux choisir entre plus de 500 bières différentes. Check, je comprends le principe et le concept est vraiment cool … mais bonté divine, c’est impossible faire un choix dans un délai raisonnable. Tu passes genre 25 minutes à tourner les pages et à juger des bières les plus excentriques pendant que la serveuse revient aux 3 minutes pour se faire dire que t’as pas choisi encore.

35. Le monde qui, non seulement te parle d’un show de TV que t’écoutes pas, mais qui insiste et font perdurer la conversation. HEY. J’SAIS PAS DE QUOI TU PARLES, J’L’ÉCOUTE PAS TON SHOW.

 

++++

Fait du bien pareil.

Hey, à la prochaine !

 

Le Moes

8 thoughts on “35 petites plaies

  1. Reply Broux Fév 27,2015 18 h 28 min

    Me suis ennuyé de tes articles! Lâches pas, même si y fait -30 dehors!

  2. Reply Catherine Fév 27,2015 21 h 41 min

    Enfin, je m’ennuyais! Comme coureuse  »emusiquée » je vis très(trop) souvent le numéro 1 et le 4, j’ai pleurée!!!Merci la vie de t’avoir donnée temps et inspiration pour nous revenir

  3. Reply Annie Fév 28,2015 15 h 39 min

    Très contente que tu sois de retour!

  4. Reply Véro Mar 3,2015 2 h 46 min

    Oh enfin, un nouvel article! J’avais hâte de te relire! :)

Leave a Reply