5 moments de vie où les imberbes « fail » misérablement 3

Bon début de semaine !

Je suis ce qu’on appelle un homme peu poilu. Je ne suis certainement pas un homme de peu de mots, mais assurément un homme de peu de barbe. Je tiens à t’expliquer un peu en quoi consiste ma pilosité faciale.

J’ai la barbe que j’aurais dû arborer y’a 10 ans de ça, au tournant de ma majorité. Et encore, je n’aurais pas été parmi les plus barbus de ma gang. La première des choses que tu vas remarquer en admirant mon visage, c’est que cette barbe est incomplète, peu fournie et contient des trous importants. Ce qui fait que lorsque je ne me rase pas pour quelques temps, j’ai cet ombrage qui pousse sous mon nez, mon menton, mon cou et chaque côté de ma mâchoire. Entendons-nous, pas un ombrage de « barbe de 2-3 jours » que 80% des hommes ont et qui fait craquer les chicks. Moi, ça plutôt l’air sale et avec des spots où y’a rien : un genre de feu de forêt vu d’en haut.

Le plus fascinant c’est mes fucking sides. Ou devrais-je dire, la « weird-absence-de ». Normalement, un adolescent verra sa ligne de cheveux de favoris rejoindre un début de barbe et descendre vers le bas du visage avec les années. Moi, c’est l’inverse. C’est-à-dire que la barbe pousse du bas de mon visage et tente, sans succès, de rejoindre ma ligne de cheveux de favoris. Donc, j’ai ce trou d’environ 1 pouce où c’est Hiroshima entre mes cheveux et ma barbe.

La raison pourquoi je te raconte tout ça, c’est que c’est l’inspiration de l’article de cette semaine. Dans la vie d’un jeune homme adulte, certains événements font que la pilosité faciale est nécessaire, un atout, voire une obligation. Pour les dudes imberbes ou si pauvrement barbu comme moi, ces événements nous rendent comme le sprinteur blanc au 100 mètres : on peut participer, mais c’est clair qu’on va finir dernier et que notre simple présence est considérée comme « cute ».

Voici donc pour toi, 5 moments de vie où les imberbes fail misérablement.

Apprécie.

++++++++++++

5. Les Playoffs

 Pour n’importe quel sport qui se respecte (mais surtout au hockey), une tradition est super importante quand vient le temps des séries éliminatoires : la barbe des séries. Si, par malheur, tu ne connais pas, c’est une activité qui consiste à te laisser pousser le poil de face aussitôt que ton équipe commence les séries et tu ne le rases que lorsque ton équipe est éliminée ou dans le meilleur, a remporté le championnat. C’est une activité extrêmement populaire autant pour les athlètes que les partisans. Certains athlètes sont reconnus pour être devenus des maîtres du domaine avec leurs vénérables barbes de séries. Salutations à Scott Niedermayer, Maxime Talbot et Scott Hartnell.

jules

Legendary.

Nous autres ? C’est une occasion de montrer au monde que… t’es pas barbu. Que même si ton team se rend en finale de la coupe Stanley, t’as l’air encore à la deuxième game de la première ronde. Pis tu te promènes pendant plus d’un mois avec un ramassis de poils de cul dans la face pour « encourager » ton équipe. Dude, si ton équipe te voyait, tu les décrisserais raide avec ton support de marde.

 

4. La chasse / La pêche

 Activités d’homme viril. Tu montes en pickup à l’autre bout du monde, par des trails dans l’bois, avec plus de bière dans l’trunk qu’il y en a pendant l’Oktoberfest. Tu passes une semaine, déconnecté de toute, à vivre dans nature, à roter, à péter, à chier pis à boire. Pis tu prends un bon bain chaud tous les soirs. NOT. Sérieux, faut que ça sente, sinon c’est pas nice.

Pis là, soit que t’as déjà ta barbe de quelques jours quand t’arrives là-bas et tu reviens à maison avec une solide touffe, ou alors t’es vraiment heureux de pas te faire la barbe pour quelques jours. T’es dans nature, tu relaxes pis tu laisses ta face exprimer ta liberté d’homme.

Nous autres ? Le seul moyen c’est de tricher pis on se laisse un fond de barbe qui convainc personne avant d’y aller. Histoire d’avoir une apparence de liberté avec les autres. Sauf que dans chaloupe avec les autres, t’as l’air du cousin retardé de 14 ans qui se laisse pousser sa moustache de Steven, le livreur de pizza.

 

 3. Un zombie apocalypse

 Tsé que dans pas très longtemps, un virus sera transmis aux humains qui les transformera en zombies et que le nombre de personnes infectées grandira rapidement et que nous serons envahis sous cette vague de mort-vivants assoiffés de notre sang pur ? Oui, ça va arriver. À ce moment, qui tu penses qui sera le chef de la résistance ? Un barbu, assurément. Léonidas, roi des Spartiates, n’avait pas un trou d’un pouce en dessous de chaque side. Blasphème ! En tant que chef il arbore une barbe vénérable qui réclame le respect absolu, signe de puissance et de son leadership.

Pis de qui tu penses qu’il veut s’entourer le chef ? D’autres barbus. Ça prend une crew d’hommes intimidants qui ont peur de rien pour faire les missions importantes. Des vikings qui vont faire peur aux zombies qui veulent s’approcher de la base. Des poilus qui coupent des gorges en faisant le cri du guerrier. Des singes qui reviennent au camp avec des morceaux de chair dans la toison.

Nous autres ? On va être avec les femmes à panser leurs blessures, à cuisiner des petits plats, à faire le lavage pis à élever les kids. Mince consolation pour nous, c’est qu’on a moins de risques de se faire mordre et de se transformer en zombie. Still, on manque toute le crisse de fun pis les blood baths.

zombie

 2. Le Movember

 S’il y a bin un moment dans l’année où la pilosité mâle est mise de l’avant, c’est bien au Movember. Si t’habites dans une grotte depuis 10 ans et que tu sais pas c’est quoi le Movember, j’t’explique (encore). À la base, c’est un événement où les hommes sont invités à se laisser pousser la moustache (pas commencer le premier avec une moustache complète, esti d’tricheur) durant tout le mois de novembre afin de ramasser des fonds pour le cancer de la prostate. Aujourd’hui, c’est devenu une mode trending-hipster pour te laisser pousser la moustache et de partager la progression en prenant 16 selfies par jour sur Instagram, sans pour autant donner une crisse de cenne à la cause.

Nous autres ? Que tu participes ou que tu ne participes pas, le monde voit pas vraiment la différence. Parce que c’est ça le problème avec ton peu de moustache. Même si t’es pas barbu, le monde voit quand même que t’as rasé les autres spots sauf sous ton nez. Fak, il voit que tu cours pour embarquer dans le train du Movember, sauf que tu ne cours visiblement pas assez vite. Tsé quand t’es le 24 novembre, que tu jases du Movember et que quelqu’un te dit : « Ok, tu fais le Movember

En fait, on est un peu dans le même bateau que la femme enceinte de 2-3 mois : le monde sont pas certains s’ils doivent te demander.

Pourtant, dans les premiers jours du Movember, tous les gars ont des petites moustaches pas matures. Fak tout le monde a l’air un peu jeunot, pas viril. Sauf que pour eux, avoir l’air cave, ça dure maximum une semaine. Nous autres, bin ça dure un mois.

Mais hey, t’as ramassé des sous pour nos prostates bro. Cheers.

"Three's Company: The Drama" Portraits - 2011 Sundance Film Festival

Nice Franco there.

 1. Les discussions de barbe en général

Ceux qui se laissent pousser la barbe, et je parle de vraiment pousser une bonne barbe, discutent de cette extension d’eux avec une sincère fierté. Ils la caressent en te jasant, te laissent la toucher et te partagent leurs conseils pour l’entretien de celle-ci (shampoings, lotions, séchoir, etc.). Tu te laisses emporter dans leur passion pour leur fierté poilue et tu fantasmes sur ce que tu aurais l’air avec une telle preuve de testostérone. Souvent, les gars se jasent de comment ça pique, comment la bouffe pogne dans barbe, comment ça réchauffe l’hiver, bref, comment ils dealent avec une barbe.

Nous autres ? Dude, embarque jamais dans la conversation. JAMAIS.

Notre job en tant que pas barbu, c’est de complimenter les barbus. C’est de les faire sentir bien avec nos faces imberbes. De les élever au-dessus de nous dans l’échelle de la virilité. C’est de rire avec eux des situations de barbe… MAIS JAMAIS TU NE VAS TENTER UN RAPPROCHEMENT. N’essaye jamais de dire que « ouin, moi aussi ça commence à me piquer… » ou « ouin, j’suis dû pour me raser… ».

Tu vas te faire lapider.

En fait, le simple fait d’utiliser le mot « barbe » les insulte. Pour un barbu, t’as deux catégories : t’as une barbe ou t’as rien. C’est plate bro, mais c’est ça. Et c’est pas toi qui décide, c’est eux.

Si depuis que t’as commencé cet article, tu n’es pas tout à fait certain si t’as une barbe ou des poils, j’ai un test. Jase de tout et de rien et subtilement, mets-toi à parler de ta barbe. Note la réaction. Si tu sens le sourire et le sarcasme dans leurs commentaires… désolé mon homme. Viens, t’es de notre bord de la clôture.

bro

++++++++++

Voilà, c’était une immersion dans le monde de Sidney Crosby, Michael Cera et James Franco. Barbu ou pas, j’espère que t’as trippé.

Bonne semaine aux imberbes, aux barbus, mais aussi à vous mesdames.

Au plaisir,

Le Moes.


3 thoughts on “5 moments de vie où les imberbes « fail » misérablement

  1. Reply Patrick Mar 13,2014 12 h 14 min

    Toujours aussi drôle et très d’actualité. J’ai deux dudes icitte qui ont décidé de ne pas se raser. Juste comme ça, de même, une idée de cave qu’ils ont eu une fois chuad raide entre chummy. « Heille son s’rase pu dude! Yeah! ».

    Je suis content pour eux-autre, les sales, ils ont l’air de deux terroristes (désolé pour les terroristes) avec leur grosses barbes de 6pouces épaisses à cacher une « poche de hockey » et mon Ex sans que ça dépasse.

    Moi, je suis capable de garder la même lame de rasoir pendant 1mois. Je suis capable de mesurer au pouce prêt l’écartement entre chacun de mes poils! Mais ça me coute pas cher de lame de rasoir par contre…chu content… vraiment..non non je pleure pas j’ai un poils de barbe dans l’oeil…ah non, s’tune peau sec..

    Merci Moes de nous rappeller à tous qu’on est des sous-merdes.

    Mais j’y pense, les sous-merdes vont se tapper les femmes pendant le Zombie Fest..c’est nous autres qui va rester à la maison avec elles, pis on va être les seul survivants.
    J’aime ma « pas de barbe » finalement! :) Lâche-pas, j’adore te lire!

    • Reply Le Moes Mar 24,2014 11 h 03 min

      Merci de ton commentaire Patrick !

      Finalement, ouais, on va « s’occuper » des femmes ;)

      Content que t’aime le blogue !

  2. Reply Charles Mai 9,2014 12 h 45 min

    Excellent l’article !

Leave a Reply