6 choses qui changent dans la vingtaine

Bon 2015 à tous !

À pareille date l’an passé, je publiais bien innocemment un billet sur les signes que tu vieillis. Pis là bin, cré-lé-cré-lé-pas, mon Facebook a explosé. Tel une gastro dans une garderie, l’article s’est propagé en fou un peu partout et quelques jours plus tard, plus de 150 000 personnes avaient lu mon texte. Crissement surpris de la bonne réaction, j’ai créé une page Facebook pour le blogue et je me suis mis à considérer ce nouveau hobby plus sérieusement.

Un an plus tard, j’ai décidé de souligner l’anniversaire de l’article le plus populaire de l’histoire du blogue. Dans un genre de spin-off des « signes que tu vieillis », je me suis mis à réfléchir sur l’une des décennies les plus importantes dans la vie d’une personne : la vingtaine. J’voulais appeler ça la « Vilaine Vingtaine », mais comme je n’étais pas assis à la table de brainstorm chez TVA Sports, j’me suis rendu compte c’tait merdique comme nom.

Le mois prochain, j’aurais 29 ans. Ce sera ma dernière année avant d’être un trentenaire. Pour ceux qui entament la fin de la vingtaine comme moi, réalisez-vous à quel point nous avons changé depuis que nous la débutions ? Le Moes version 21 aurait vivement le goût de frapper Le Moes version 28.

Voici donc pour toi : 6 choses qui changent dans la vingtaine.

Apprécie.

++++

6. Te faire carter

Lorsque tu atteins la majorité, c’est la routine que de te faire demander tes papiers d’identités dans les bars, dans les dépanneurs, les SAQ, les casinos et autres établissements du genre. À quelques exceptions près, t’as encore ta face d’ado immature et innocente. Les doormans, les caissiers ou les agents de sécurité se font un plaisir de te le rappeler avec un air méprisant et hautain: « J’peux voir tes cartes ? ». Disons jusqu’à 19 ans, tu joues le jeu pis t’es habitué. Sauf que lorsque tu atteins tes vingt ans, là ça passe plus. Jeunes hommes comme jeunes femmes, nous commençons à se sentir froissés d’être possiblement comparer à un mineur. « What the fuck, j’ai tu l’air de 17 ans ??? ». Début vingtaine, ça t’agaces de te faire encore carter, alors que tu considères que t’es rendu ailleurs dans ta vie. Diantre, j’suis un homme maintenant, pas un kid.

Puis, à mesure que la vingtaine avance, le rapport avec ce geste qui devient plutôt rare, change complètement. C’est drôle. « Quoi ? Mes cartes ? Vraiment ? » Le gars le voit d’une manière macho, le chest bin bombé, et attends d’un air supérieur que la personne remarque qu’il est bien au-delà de son 18 ans. La femme elle, c’est différent. Elle découvrira peu à peu le plaisir pour une femme de se faire prendre pour plus jeune. C’est un baume sur son égo de princesse coquette. Cet événement fera naître en elle un monstre qui cherchera toute sa vie à se faire nourrir.

5. Ta voiture

Une voiture, c’est l’un des signes de la majorité. Même si tu peux posséder une voiture dès l’âge de 16-17 ans, c’est souvent une voiture usagée que tu possèdes à ce moment. La voiture d’une tante, d’un membre de la famille, d’un ami ou encore une deal (pas tant deal que ça) sur Kijiji. Tu entames souvent ta vingtaine avec une voiture que tu as plus ou moins choisie, histoire d’alléger tes autres dépenses (logement, épicerie, études, sorties et autres bills). Ta voiture constitue à ce moment un espace de vie où s’empilent des livres d’écoles, des restants de Mcdo, des boîtes de Kleenex écrasées, du change et un genre de bouilli dégueulasse dans les compartiments de portes. Ce morceau de métal, t’en es tout de même fier, mais ça reste une grosse valise mobile.

Puis, tu t’achètes une vraie automobile. Une que tu choisis, que tu vas négocier et que t’es fier de conduire. Tu t’es gâté là. T’as choisi la couleur, madame. L’air climatisé (qui fonctionne pis toute ! WO), monsieur. Hey, les bancs chauffants partout, sacrament. Le toit ouvrant pour faire ta fraîche. La fucking radio satellite pour avoir accès à plein de postes que t’écouteras jamais. Full equip, comme qu’on dit. Ok, ton paiement de char est de 537$ par mois, mais t’as l’impression que t’es rendu là dans ta vie de vingtaine. Fuck the world.

4. Ta veille du jour de l’an

À 21 ans, j’me cassais pas le bécyk. Ça se passait dans les bars avec les boys. Assez facile, comme préparation là, c’est le bar qui faisait toute. Soirée de beuverie avec zéro classe, à minuit on pétait les bouteilles, champagne-shower-style ! Midnight french avec un(e) inconnu(e) ! PARTYYYYY CO’HON COMME DANS UN VIDÉOCLIP DE KE$HA !

Fin vingtaine ? Hey c’est tu plate la veille du jour de l’an ? Vrai, rien qui t’empêche d’aller dans les bars pour le party et le décompte. Sauf que, tu risques d’y aller tout seul chef. Tes amis sont occupés. Un va dans sa famille, l’autre a pas de gardienne, l’autre va dans sa belle-famille, l’autre est malade, l’autre va « rester tranquille à soir j’pense », pis l’autre travaille. T’espères que quelqu’un ouvre sa maison et que tu puisses te ramasser avec les autres losers festivaliers qui n’avaient pas de party. Ah oui, pis commencez pas le party trop tôt en enfilant les shooters, vous ne vous rendrez pas à minuit.

Pis les résolutions ? Tout le monde trouve ça quétaine et pas important. Arrêter de fumer. S’inscrire au gym. Voyager plus. Trouver l’amour. Bla, bla, bla. Sauf que tu te rends compte qu’à mesure que la vingtaine avance, tu prendras l’activité plus au sérieux. Puisque tu vieillis, que les années passent et que la maturité fait que t’observes le temps filer, tu ressens le besoin de fixer des objectifs d’importance. C’tait stupide avant, là, ah, ce sont des beaux défis ! Vite, met ça sur Facebook.

3. Ton corps et la bouffe

C’est pas un secret pour personne. En vieillissant, le métabolisme se transforme. Ce que t’ingurgites est traité différemment par ton corps. Comme si, à un certain moment de ta vingtaine, c’tune nouvelle administration qui gérait la place, amenant son lot de nouveaux règlements. La grosse poutine au pulled pork que tu bouffais sans heurt aux petites heures du matin à l’aube de ta vingtaine, est désormais lourde comme une roche dans l’estomac le lendemain. Ton corps a changé. Ton poids augmente à rien. Comme disait Adam Sandler dans Big Daddy : « Aujourd’hui, j’bois un lait au chocolat et mon cul se dandine pendant une semaine ! ». C’est certain, y’a des exceptions, c’est-à-dire des manges-mardes qui ne grossiront jamais. Sauf que le monde normal ont tous vécu ça. T’as été à ton conventum de secondaire ? La phrase la moins entendue durant la soirée : « Wow, t’as bin maigri ! ».

Ce n’est pas uniquement le gain de poids qui est notable durant la vingtaine. Combien de personnes que tu connais ont soudainement des intolérances reliées à l’alimentation ? Jamais vu autant d’allergies au gluten ou encore, au lactose. « Y’a tu de l’orge dans ta bière ? Ah non merci, je ne digère pas bien ça. », « Scuse-moi. Est-ce qu’il y a du fromage dedans ? J’vais passer, sinon j’vais me mettre à chier en spray. » Ah ok cool. Les détails sont appréciés. Bon appétit aux autres.

À croire que plus la vingtaine avance, plus ton corps se trouve de nouveaux trips.

2. Le sommeil

On a toujours aimé dormir. Sauf que ton rapport au sommeil à bien changé durant la fatidique décennie de la vingtaine. À 20 ans, c’tait une bonne suggestion. Une nuit de 3 heures était suffisante pour compléter ensuite, une bonne journée de travail.

À 28 ans, c’est une obligation et si t’es parent, un luxe. Ton corps récupère beaucoup moins bien le manque de sommeil. T’as beau avoir eu une grosse nuit de huit heures de sommeil, tu peux très bien te lever fatigué pour rien. Et là, depuis quelques années, t’as découvert les powernaps. AH LES POWERNAPS ! Les powernaps c’est comme les fellations : t’en prendrais tout le temps, partout, même quand t’en as pas techniquement besoin. Plus facile pour une personne sans enfant, les powernaps ça vient te sauver lorsque tu planifies une grosse soirée. Du monde dans la vingtaine avancée, ça se jase de powernaps dans les soirées. Oui madame. Ça en retire une étrange fierté de le partager avec ses pairs : « Hey, cet après-midi là, j’me suis tapé une sieste mon homme … Oh calisse, ça faite du bien ! ».

Hey, j’ai une date avec une fille. Elle me texte « À quel heure tu passes me chercher  ? » Je lui écris une heure, elle me répond : « Oh sweet, j’vais avoir le temps pour une p’tite sieste ! ».

1. Ton rapport à l’alcool

Je l’ai mentionné dans mon autre texte sur « les signes que tu vieillis » : en vieillissant le hangover est terrible. Sachant très bien ça, l’avancement dans la vingtaine modifie peu à peu ton rapport avec l’alcool. La conséquence est que : tu respectes l’alcool.

On a tous une sorte de boisson forte qu’on a bin d’la misère à faire passer. Un shot que même à 20 ans, ça te donnait des frissons jusque dans le bout des orteils. Sauf que tu le prenais pareil, passait ça dans une gorgée de bière et hop, show must go on. J’ai un chum c’est la Tequila. Un autre c’est le Jack Daniels. Moi, c’est la Sambuca. Juste-pas-capable. On dirait une gorgée du sperme de Satan et des excréments d’Hitler, enroulé dans du papier sablé. J’en ai pris de force dans le passé, jeune coq qui a toute à prouver, mais aujourd’hui tu peux bin aller chier avec ton shot. Mon corps refuse. J’respecte l’alcool. Aussi, comme ça te prend plus de te temps à ramasser tes morceaux le lendemain, ta consommation diminue. Avant t’amenais une 24 dans un party, là t’amènes une 12, ou même une 6 peut-être. Peut-être amènes-tu une bouteille de rhum à la place parce que les brosses à la bière te scrappe juste trop. Peut-être bois-tu uniquement du vin, parce que t’as jugé qu’un mal de tête est moins pire qu’un mal d’estomac ?

Le fait est que, passé la mi-vingtaine, t’en as cumulé des brosses mémorables, des hangovers misérables et des histoires de blackout gênants où t’as fait l’hélicoptère avec ton pénis devant la nouvelle fréquentation de ton frère. Aujourd’hui, t’as le feeling d’être ailleurs. Par obligations familiales, par intelligence, par soucis de productivité, ou simplement par maturité, tu respectes les effets de l’alcool. Tu la défie moins qu’avant.

Ok, on s’bullshitera pas icitte : ça peut arriver encore aujourd’hui que tu l’échappes. Sauf qu’à chaque fois, ça te rappelle où tu en es rendu dans ton rapport avec l’alcool.

++++

La vingtaine est une décennie spectaculaire où l’on prend de la maturité étonnamment vite. On réalise beaucoup de choses en peu de temps. C’est un peu ce que j’ai voulu illustrer dans ce texte. Bien évidemment, il y en aurait plus … mais je m’arrête là pour aujourd’hui !

À la prochaine !

 

Le Moes

Leave a Reply