La grippe d’homme : comprendre en 6 faits 2

C’est l’temps de l’année : j’suis malade.

Au moment d’écrire ces lignes, je combats un virus qui s’apparente à la grippe. Mal de gorge, congestions nasales, mal de tête, morve en quantité Costco, désir de manger de la soupe Lipton et me taper l’intégrale des vieux VHS de Lance et Compte, emmitouflé, la main din’ bobettes.

En partageant mes humeurs massacrantes avec une amie, tout de suite, elle m’interpelle : « Ah! Non, pas une grippe d’homme ! ». Suivi de l’émoticône qui tire la langue et qui fait le clin d’œil.

Hey. J’pas cave.

Elle veut se moquer de la fameuse appellation pour qualifier la grippe qui affecte le sexe opposé. Une exagération, fruit de notre imagination selon la gente féminine. Parce que dans la tête d’une femme, une grippe d’homme c’est la même que celle qui les afflige … mais que l’homme amplifie à une puissance démesurée. Mesdames, si vous saviez…

La grippe d’homme est une maladie sérieuse, authentique, dévastatrice et EXTRÊMEMENT douloureuse.

Aujourd’hui, je me devais d’expliquer aux femmes ce que nous, les hommes, devons affronter au moins une fois par hiver. Une maladie si puissante qu’elle met au tapis tous les hommes : du plus petit au plus grand, du plus frêle au plus corpulent et du plus faible au plus résistant.

Apprécie.

+++++++++++++++++

6. C’est plus puissant que tous que vous avez eu.

Mettons une chose au clair en débutant : Une femme ne peut avoir une grippe d’homme. Nous savons que vous aimez bien vous approprier le terme pour désigner votre grosse grippe, mais c’est biologiquement impossible. Heureusement pour vous, car vous n’êtes pas suffisamment armées pour vous défendre contre un si redoutable ennemi. La nature est ainsi faite. Dieu n’est pas juste pour tout, mais il l’est pour ça. Il vous a épargnées dans sa distribution de grippe.

« Mais alors, à quoi comparerais-tu cet effroyable fléau ? » Bonne question. La première chose qui me vient en tête est évidemment un accouchement, mais comme je n’ai jamais donné la vie, je ne voudrais pas induire en erreur, parler au travers mon couvre-chef et froisser les mamans. Alors j’te dirais qu’une grippe d’homme, c’est : un punch d’Adonis Stevenson + recevoir la wrecking ball et Miley dans les testicules + tenir sur ses épaules la grosse IPL dans Unité 9 + affronter un dragon à deux têtes + ta plus grosse brosse à vie + un 5 rounds avec Georges St-Pierre + tirer un morceau de peau sur le bord de ton ongle quand ça tire trop pis ça saigne. Environ.

5. Nous ne nous plaignons pas, nous tentons de vous expliquer la souffrance.

Ce que l’on critique le plus à propos de cette épouvantable calamité, c’est que le fait que l’homme affligé s’en plaint de manière véhémente. Certaines diront même que la grippe d’homme n’est qu’un prétexte pour se plaindre : rien n’est plus faux. En fait, il y a une nuance à apporter. Ce n’est pas notre intention de se plaindre, mais bien de vous expliquer convenablement toute la souffrance qui nous affecte. Dans le simple but que vous compreniez et que vous ne vous en faites pas trop pour nous. Pour vous rassurer, quoi.

Notre corps parle, on ne peut le faire taire. Reproche-t-on à Léonidas, roi de Sparte, d’être tombé à genoux après s’être fait transpercer de centaines de flèches ? Reproche-t-on à William Wallace dans Braveheart de pousser un ultime cri à la veille de sa mort ? Reproche-t-on à Jésus de Nazareth, notre Christ, d’avoir pleuré et d’être tombé trois fois lors de son chemin de croix ? Bin voilà. Lors d’extrêmes souffrance, le corps doit parler.

4. Nous ne cherchons pas la pitié … mais on apprécie.

Suites à toutes ces vives expressions de douleur, la femme dira que l’homme fait « biiiiiiiiiiin pitié ». Une croyance féminine bien répandue est qu’au fond, la grippe d’homme n’est qu’un prétexte pour se faire traiter en princesse. C’est faux. Nous ne recherchons pas la pitié de votre part. Sauf qu’on ne se le cachera pas, on apprécie se faire dorloter. Une bonne soupe au poulâ, un mot d’encouragement, un bec dans le front avec un « tu vas t’en sortir », c’est toujours apprécié. On l’sait que c’est fait sarcastiquement, mais on apprécie l’attention. Demande à un condamné à mort s’il apprécie son dernier repas. Même chose.

3. Faut que ça se sache.

Ton homme se lève un matin, pis ça ne va pas du tout. Sauf qu’il ne te dit rien. Il prend sa douche. Il déjeune. Il lit ses nouvelles sur sa tablette à tes côtés à la table de la cuisine. Il t’embrasse et part travailler. Ce n’est que dans l’après-midi grâce à un texto, à force de la questionner, qu’il t’avoue qu’il combat une grippe d’homme. BUUUULLLLLLSSHHIIIIIITTTT ! Nenon, il se lève pis tu le sais tout d’suite qu’un calvaire l’affecte. Une grippe d’homme, c’est comme le crossfit : faut que ça se sache. Y’a pas de raison d’être si ce n’est pas connu. Voyons. On doit vous partager ce qu’on vit pour vous préparer mentalement à notre possible départ de ce monde. Tout ça pour que vous puissiez vraiment apprécier le temps qu’il vous reste en notre compagnie. On ne voudrait pas vous laisser avec les arrangements post-vie pis toute, pis toute. On ne prend pas de chances.

2. Nous sommes en terrain inconnu : ça chamboule nos émotions.

Des légendes disent que Dieu a mis la grippe d’homme sur Terre pour les encourager à exprimer leurs émotions, eux qui ont été façonnés sans ce morceau précieux. Au fond, une grippe d’homme agit comme vos SPM : ça chamboule nos émotions. On devient plus sensibles, plus affectueux, plus irritables, plus chiâleux, nos cadrans internes sont déréglés. Les femmes, vous êtes habituées à ça, c’est mensuel. Nous, c’est un terrain inconnu, une fois par année, des fois deux. On n’est pas entrainés pour ça ! Alors c’est normal que la grippe d’homme affecte plus fort que votre simple grippe. Faut pas oublier ça.

1. Il faut jouer le jeu, sinon les symptômes augmentent.

Le plus important à comprendre dans la fameuse grippe d’homme, c’est qu’elle est très rusée et très brillante. Elle sait lire en vous, mesdames. Vos remarques sarcastiques et moqueuses agissent comme des agents accélérateurs hyperpuissants et oxygènent la maladie. Par conséquent, vous devez foncièrement nous croire lorsqu’on vous fait part de nos tourments, de la vigueur de notre mal et à quel point la vie est pénible à ce moment. Par exemple, si ton chum, le regard scintillant, te demande de promettre de ne pas te remarier quand il sera parti, n’hésites pas, promets-le.

C’est tout à votre avantage parce qu’ainsi, la grippe d’homme passera plus vite, et vous pourrez reprendre votre vie normale après.

 

++++++++++++

Voilà, j’espère que j’ai éclairé votre lanterne sur cette réalité si souvent contestée.

Moi, j’vais allez me soigner, parce que ma grippe est vraiment, vraiment, mais vraiment, terrible.

On verra s’il y aura un prochain article … juste vous avertir là.

 

Le Moes

2 thoughts on “La grippe d’homme : comprendre en 6 faits

  1. Reply Catherine Nov 19,2014 15 h 41 min

    J’adore ton humour tout en légèreté! Remets-toi vite et inquiète-toi pas, tu vas passez au travers!

Leave a Reply