TOP 10 – Ce que je déteste aux glissades d’eau 12

Hey les vacances approchent ? Non ? Quoi t’as pas d’job ? Bah, c’est des vacances plus longues. Joue le jeu ‘sti.

Anyway, ça va toi ? Fait un bout n’est-ce pas ?

Tsé, c’est l’été, y’a tant de choses à faire. C’est plus difficile de s’asseoir et d’écrire un article, enfermé, quand le soleil brille à l’extérieur. Ajoutons à cela que j’étais en vacances et que je me devais de profiter de tout ce temps libre.

D’ailleurs, la semaine passée, je suis allé aux glissades d’eau. J’y suis allé en famille et surtout pour ma filleule de 7 ans. C’est donc dire que mon expérience en a été une d’adulte accompagnateur, plutôt que de kid qui hurlait sa vie dans le tunnel des glissades. Par contre, cela m’a permis d’observer et de juger les gens toute la journée. J’ai passé une belle journée avec ma filleule, mais certains éléments m’ont vraiment irrité. L’important, c’est de transformer toutes ces petites anicroches en ce que j’appelle de « la viande à blog ».

C’est la saison et plusieurs d’entre vous iront en famille et/ou entre amis, alors voici : TOP 10 – Choses que je déteste aux glissades d’eau.

Apprécie.

++++++++++++++++++++++

10. Marcher pieds nus

J’sais pas pour toi, mais moi marcher pieds nus dans vie, ça ne m’arrive plus très souvent. À l’intérieur oui, ok. Mais pour marcher dehors ? J’ai toujours des sandales ou des shoes. Même quand j’vais porter mon recyclage ou mes déchets dehors, je mets des gougounes vite faite. Pourquoi ? Parce que j’pas un fakir, tabarnac. Nos pieds de citadins modernes sont rendus tellement faibles que la moindre petite crisse de roche semble être un clou de six pouces qui transperce ton pied. J’ai pas un chalet et j’suis pas non plus retraité en Floride où je développe ma corne de pieds quotidiennement sur la plage à un point où je ne ressens plus de douleur.

Donc, si ce n’est pas une roche ou un bout d’asphalte cassé, c’est de belles grosses marches en bois qui te crient joyeusement : « ENWOYE, VIENS POGNER UNE OSTI D’BONNE ÉCHARDE LE GROS ! MESSEMBLE C’FAIT LONGTEMPS ! »

Ah et dernièrement, vos pieds sont hideux et laids. Bon, c’est dit.

9. Les goélands

Les goélands, bande de poubelles volantes. Quand Dieu a créé les oiseaux y’a fait signer un contrat à tous ses spécimens… pis un autre pour le goéland. Dans le premier contrat c’est écrit : « Au moindre mouvement de l’homme, tu fuiras sans hésiter ». Dans le deuxième contrat, celui pour les goélands, c’est écrit : « T’as peur de rien, pis même si l’homme t’approche, tu t’en calisseras ».

Les glissades d’eau, c’est le royaume de la journée en famille. Qui dit « journée en famille », dit « pique-nique sur une table », dit « lunch dans des tupperwares » et dit « party de goélands agressifs ». Quand tu manges ton sandwich et que tu vois ces oiseaux te survoler en cercle autour de toi, t’as comme le feeling d’être une carcasse morte que les vautours vont venir dévorer. En plus de vivre dans la crainte qu’elle te largue une chiotte dans ton sac de chips. Et comme j’te disais, les goélands ça s’en calisse de toi pis de tes mouvements pour lui faire peur. Elle va juste attendre le 0.0004 seconde que tu te penches pour chercher la crème solaire pis BANG … no more sandwich for you bitch.

8. Le jugement vestimentaire des gens

Aller aux glissades d’eau, c’est accepter de voir des bouts de corps que t’accepterais jamais de ramener dans la chambre à coucher, même après deux Canada de shooters. Ici, je tiens à dire quelque chose. Je ne veux aucunement insinuer que certaines personnes ne devraient pas aller aux glissades d’eau ou encore devraient porter un suit de ski-doo pour ne pas nous exposer leur corps. Tout le monde a le droit de glisser, bout d’viarge ! PARCONTRE, ce que je dis, c’est que certaines personnes sont crissement mauvaises pour choisir leur maillot de bain. Dude, ton speedo est trop petit, j’vois le bord de ta gosse. Femme, ton bikini risque de flancher à tout moment, tes énormes seins débordent. L’ami, ton beau maillot blanc, bin il devient translucide et expose ton peunisse à des centaines d’enfants. Me semble que tsé. Magasine-le ton maillot. Respecte-toi pis respecte le monde autour.

7. Le monde qui comprennent pas le fonctionnement des glissades d’eau

Toujours dans le même sujet, y’a du monde qui ne semble pas comprendre qu’est-ce que ça implique les glissades d’eau. Lorsque vient le temps de glisser, ils sont offusqués parce que le sauveteur leur demande de retirer certains items qu’ils arborent : une casquette, une grosse chaine en or, des jeans, des sandales, des boucles d’oreilles, des lunettes de soleil et j‘en passe. Ok. Tu t’en viens faire des glissades d’eau… KESSÉ TU CALISSES AVEC TA CASQUETTE BUD LIGHT LIME, TES LUNETTES DE DOUCHEBAG À 500 PIASTRES PIS TES SANDALES DANS UNE GLISSADE D’EAU TURBO. Remets-les quand tu seras à ta table ou pour aller fumer dans le parking tantôt, là tu retardes tout le monde a t’obstiner avec la sauveteuse du « pourquoi j’peux pas garder mes sandales !?! ». Parce que, osti d’crétin.

Fak à go, on te pousse dans la glissade, ta gougoune te revole dans face en descendant, tu perds tes lunettes de frais-chier dans le bois, t’échappes une bague dans ta yeule pis ta casquette verte lime attire une mouette pour te chier dessus. Deal.

6. Le maillot qui colle à la peau et qui te moule parfaitement le shaft

Ça c’t’un affaire de gars. Tu finis ta glissade et tu nages dans le bassin jusqu’aux marches pour sortir. En sortant de l’eau, tu sens la turbo-succion de ton maillot sur ton corps et surtout le résultat incontestable de l’emplacement précis de ton peunisse à la vue de tous. Tu sens le regard comparatif des hommes, celui curieux des femmes, et celui inapproprié des enfants sur toi et ta marionnette coquine. Tu t’empresses donc de décoller ce maillot trop gourmand d’information de ta peau, mais t’as le feeling qu’en faisant ça, tu attires JUSTEMENT l’attention du monde sur ton inconfort apparent.

Surtout que dans ces maudites places-là, l’eau doit être au top à 58. Disons que c’est comme si t’allais à la cérémonie des Oscars en joggings pis en crocs : t’as pas amené ton plus gros costume. If you know what I mean.

5. Les kids pas disciplinés / Les noms des kids

C’t’un classique comme dans n’importe quel endroit public : t’as le feeling que y’a pas un kid qui est moindrement bien élevé dans place. De ceux qui tentent de te dépasser en ligne, à ceux qui ne cessent de t’accrocher quand t’es en avant d’eux dans la file, en passant par celui qui t’arrose dans la piscine et que le parent est juste à côté, silencieux. Tu peux pas empêcher un kid d’être un kid. Il est énervé, c’est normal, il est aux glissades d’eau. Sauf que ça fait 38 fois en deux minutes que son coude me fesse dans le dos. Ou bien tu lui dis de faire attention aux gens autour de lui, ou bien je le pitche tellement fort dans la glissade qu’il va la faire à l’envers jusqu’au sommet. Merci, t’es bin fin.

Ah pis pendant qu’on est là. Qu’est-ce qui s’est passé avec les noms de vos enfants ? De nos jours, les parents tiennent tellement à ce que leurs enfants soient uniques et spéciaux qu’ils leur donnent des noms impossibles. Apparemment, y’avait deux choix : tu fais un nom composé ou t’inventes un nom. J’ai entendu des Mathias-Olivier, des William-Alexandre, quand c’est pas une fille d’un couple hippie genre Crépuscule-Agrume. Et pire, les noms inventés. Ça c’est quand tu prends un nom qui existe (disons Alexandra) et tu fuck la fin avec des syllabes quelconques et tu te retrouves avec genre Alexandrilika. Pis là t’es contente parce que son nom est exotique… mais son nom de famille reste Boisvert pareil.

« CRÉPUSCULE-AGRUME TREMBLAY, VA DANS TA CHAMBRE ! »

4. Frapper / se faire frapper par les kids

Dans tous les parcs aquatiques qui se respectent, y’a des glissades, des piscines (à vagues ou pas) et une partie pour les enfants plus en bas âges. Dans cette dernière section, y’a souvent un genre de bassin pas profond avec des modules qui arrosent les enfants. En tant qu’accompagnateur de ma filleule et seul-qui-est-capable-de-se-saucer-dans-une-eau-si-froide-parce-que-sa-maman-est-trop-frileuse, je traine mon 5’11 et demi dans ce champ d’enfants. Histoire de ne pas avoir l’air trop cave et hors contexte, je m’assieds dans le bassin pour jouer avec ma filleule. Et commence le festival de UFC avec les morveux. Du p’tit maudit qui fait des chandelles et qui, en perdant l’équilibre, frappe ma tête avec ses jambes, au chenapan qui fait des longueurs en dessous de l’eau (dans une piscine de 2,5 pieds de profond, je le rappelle) et que la tête me frappe dans les côtes, ou encore, au jeune dauphin qui sort de l’eau en me crachant l’excédent d’H2O chlorée qu’il a absorbé lors de sa plongée sous-marine. Good Times.

Là, j’me tanne et je me lève debout. Sauf que c’est la hauteur parfaite pour recevoir un Zidane infantile dans les maracas. Après avoir meurtri mes testicules, je veux sortir du bassin. Pour le 15 secondes que ça me prendra, j’entrerai en violente collision avec 28 enfants qui court vers moi en ne regardant pas où ils vont. J’ai le feeling d’être André le Géant dans un Royal Rumble. Douce revanche.

3. La pensée d’être submergé par la pisse

Toujours dans ce même bassin qui contient, cessons d’exagérer, environ 300 000 enfants, il y a tout de même quelques moments d’accalmie. C’est d’ailleurs pendant ce moment d’accalmie, que tu pognes une envie d’pisser. Tsé, l’eau froide. Je me dis qu’il faudrait bien que je sorte (oui mais mes blues passent pu dans porte ? Non? Ah laisse faire!) et que j’aille me soulager à l’intérieur du chalet. Pis là. Pis là bin, je me dis que tous ces enfants autour de moi, dans l’eau, ont surement tous le même respect que moi et ne penseront jamais à laisser aller leur vessie dans un bassin que je partage avec eux. Right ? En autres nouvelles, les politiciens sont des gens honnêtes.

Réalisant soudainement que je patauge dans ce qui est, le plus gros golden shower possible, j’trippe un peu moins. Clairement, la salubrité est en vacances elle aussi dans ce bassin surpeuplé de jeunes pisseux et pisseuses. Soudainement, je l’aperçois. Ce petit bambin surexcité il y a 10 secondes est maintenant immobile et a le regard évasif…

Ah bin mon p’tit sacrament.

2. Les lignes d’attente

J’sais pas pourquoi, mais on dirait que tu penses aux files d’attente pour une affaire comme la Ronde. Tu n’y penses pas vraiment aux parcs aquatiques. Pourtant, si y’a bin une place où y’a jampack de monde l’été quand il fait chaud, c’est bin là ! Les camps de jour, les familles, les ados, les adultes, les touristes et encore et encore. C’est la même ligne d’attente qu’à la Ronde. La différence, c’est qu’aux glissades, bin tu analyses le corps du monde. Tu juges le choix de marde, l’emplacement fuckall avantageux et la qualité douteuse des tatouages du monde. Tu fixes la pilosité impressionnante qui sort du cul de l’ours en speedo devant toi. Tu admires la femme derrière toi qui semble s’être épilée seulement qu’une jambe. Le best ? Quand la file d’attente comporte des escaliers et que par la force des choses, tu te retrouves la face dans le cul à peine couvert d’une bonne femme. Ah, le paradis.

Sans compter que, tu fais des lignes de 25-30 minutes… pour une ride de quoi, 27 secondes ? Oui, c’est normal. Oui, tout le monde le fait. Oui, c’est pour les enfants. Mais quand tu t’arrêtes pour y réfléchir, c’est chiant ok ?

1. Ne plus tripper comme avant

En bout de ligne, pourquoi je chiale de même ? Parce que j’ai vieilli. L’expérience n’est vraiment plus la même. Ce n’est plus moi qui trippe, c’est ma filleule. Alors qu’elle s’exprime vivement sur comment la ride est full cool et qu’elle allait vite comme une fusée, moi je me plains des joints mal faits de la glissade qui me pétaient dans le dos en dévalant l’attraction et sur la quantité d’eau que j’ai dans le nez en plongeant dans le bassin à la fin. C’est plus le même trip. Je vais même jusqu’à me trouver encore « pas pire » de faire les glissades de type turbo (plus rapides et abruptes). Bitch please, ma filleule de 7 ans qui fait tout juste 48 pouces de grandeur, l’a fait en riant tout le long. Ah ouais, bin tough mon Moes.

J’ai encore ce souvenir de moi à son âge qui attendait impatiemment que le sauveteur me donne le signal pour me donner la pousse dans la glissade. Le cœur qui palpite, les fourmis dans les orteils et le gros sourire sur le visage. Long gone bro. Oui c’est toujours plaisant. Sauf que par exemple, à midi, j’ai pas dévoré mon lunch en 2 minutes pour pouvoir retourner dans les files d’attente le plus vite possible. Et vers 3-4 h de l’après-midi lorsque l’on commence à se dire qu’il faudrait partir… le dude de 28 ans s’obstine pas. Je n’ai pas pété une crise et continué la baboune pendant 30 minutes jusque dans le char.

Pu jeune jeune.

+++++++++++++++++

Pense à ça, quand t’iras !

Bon été, bonnes vacances ou juste bonne journée tiens.

That’s all Folks !

 

Le Moes

12 thoughts on “TOP 10 – Ce que je déteste aux glissades d’eau

  1. Reply Patrick Juil 29,2014 12 h 14 min

    Tu as oublié les fameux bracelet avec une puce qu’on peut mettre du cash dessus. On se call une bière sur la terrasse et on scan le bracelet rapido pour payer.. sauf qu’y marche pas le bracelet, histoire de réseau, de mise à jour, de crossage de mouche ou whatever. Au final, tes pogner plus longtemps au comptoir et tu es obligé de retourner chercher ton portefeuille et ta carte de débit. Moins long et rapido mon cul :)

    • Reply Le Moes Juil 29,2014 16 h 19 min

      Je vais t’avouer Patrick que je ne suis pas familier avec ces bracelets !

      Mais je peux très bien voir comment ça peut te chier dans les mains !

      merci ;)

  2. Reply Pierre Luc Lacombe Juil 29,2014 13 h 25 min

    Je veux pas faire mon finfino, mais une mouette c’est pas la même chose qu’un goéland, je te le jure. Généralement, au Québec, on ne retrouve pas de mouette, la fameuse mouette ça vient des Europes.

    Tant qu’à être « bitchy lacombe » aussi bien de s’assumer pis t’envoyer un lien de comparaison :
    http://www.linternaute.com/nature-animaux/animaux-sauvages/dossier/confusions/5bis.shtml

    PS. Ton article est excellent haha
    PS2. Ta soustraction, juste en dessous, pendant deux secondes, je me sentais comme un gars de 6 ans qui fait son premier calcul mental, j’ai figé.

    • Reply Le Moes Juil 29,2014 16 h 18 min

      Et bien mon PL, je ne te savais pas ornithologue !

      C’est corrigé et merci de ton input mon homme ;)

      Tant qu’a dire des niaiseries, aussi bien qu’elle soit authentique hen !

      Merci !

  3. Reply Wonder woman Juil 31,2014 20 h 12 min

    Je reviens de Val Cartier, ho my god que j’ai ri en te lisant! 2 petits détails: premièrement marcher pieds nus c’est crissement l’fun, c’est juste que tu le fais pas assez souvent. Deuxio, ta pensée d’être submergé par la pisse est ce qui est de plus vrai au monde. Pour avoir travaillé dans le merveilleux monde des « life-guards », je peux t’assurer qu’il y a plus d’urée que d’eau dans une pataugeoire d’enfants à la fin d’une journée… Mes enfants ont jamais eu le droit d’aller dans une pataugeoire. Je sais qu’ils vont être perturbés par ça à l’âge adulte et devoir faire une thérapie, mais bon, au moins ils auront pas bu 2 litres de pisse durant leur enfance! Très bon texte, comme toujours! Je peux pas croire que t’as juste 28 ans pis un bon français!

    • Reply Le Moes Août 6,2014 14 h 08 min

      Salut !

      3 choses …

      1- J’adore me promener pieds nus … mais genre dans l’herbe ou sur la plage.

      2- Je savais que c’était rempli de pisse. JE L’SAVAIS.

      3- À 28 ans, c’est étonnant d’avoir un bon français ?

      Merci pour ton commentaire :)

  4. Reply Mom futée Août 2,2014 10 h 38 min

    Wow…malade ton texte Moes! J’adore… Tout ce que tu dis est tellement vrai; j’ai vrm crampé tout haut en lisant. Le seul qui me fait rire si souvent en lisant c’est Pierre Foglia; je retrouve qq ch de lui dans ton humour. Love it!! Tu as résolu mon hésitation à dire oui-ou NON pour aller aux glissades d’eau. On m’a invitée, mais l’idée de dépenser plus de 100 piastres, de l’essence et de l’énergie pour vivre tout ça: NON. Mon gars pré-ado n’est très hot à l’idée non plus. Je me souviens d’une fois mémorable ou une mouette, euh…pardon, un goéland m’avait chier ds l’creux du dos pendant que je me faisais tranquillement dorer au soleil: Yaaak! C’était aux défuntes Glissade d’eau de Piedmond!! Pis moi non plus je n’aime pas trop l’idée de me promener pieds-nus à l’unison avec plusieurs milliers de personnes… ALLOO les verrues plantaires;-)Je sais aussi qu’il y a eu quelques poursuites judiciaires suite à des accidents; rien pour me donner l’goût!! Keep up the good work et MERCI…;-)

  5. Reply Catherine Août 6,2014 13 h 47 min

    Je me suis reconnue dans 9 des tes items, mais pas dans le dernier(ce qui me sidère puisque jusqu’à maintenant tu étais mon jumeau cosmique (pas tant que ça, mais presque!) Pour ma part, je suis restée jeune de cœur et je trippe toujours à fond dans les glissades d’eau! On est allée avec les filles cette été et, on se relayait avec mon conjoint pour aller faire les glissades « les plus hot »! Non, mais faut-tu être bébé pas à peu près…mais je t’aime quand même. Sans rancune

    • Reply Le Moes Août 6,2014 14 h 11 min

      Bonjour fidèle Catherine !

      Ça dépend à quel parc aquatique tu vas j’imagine. Moi c’était un très modeste. Mais même si j’ai passé une belle journée, c’est clairement plus pareil comme quand j’étais kid.

      Merci de m’aimer pareil donc.

      A+

  6. Reply Véro Août 6,2014 20 h 05 min

    J’ai tellllllement ri !!!
    J’te connais pas, mais en lisant cette p’tite perle, je t’entendais raconter ta journée.
    Merci bien pour ce moment de bonheur!

Leave a Reply